Résumé de thèse



 

Titre de la thèse :

PLAFOND DE VERRE et GESTION DE CARRIERE DES FEMMES CADRES : analyse comparee du cas d’une grande entreprise de conseil.

 

Auteur :

Sophie LANDRIEUX-KARTOCHIAN

 

Directeur de recherche :  

 Monsieur Jean-François AMADIEU, Professeur à l’Université de Paris I – Panthéon Sorbonne

 

Date de soutenance : 9 novembre 2004

 

 

 

RESUME

Les femmes constituent en France une part croissante des cadres, mais demeurent sous-representees dans les postes de responsabilites. L’expression « plafond de verre » est employee pour caractériser cette situation. L’approche interactionniste « genre – organisation – systeme », introduite par Fagenson (1990), a ete mobilisee pour rendre compte de la complexite des freins rencontrés par les femmes cadres dans leur carriere.

Cette recherche explore les politiques adoptees en France par de grandes entreprises afin de favoriser l’avancement des femmes cadres et leur permettre de briser le plafond de verre. Elle s’interroge sur leur impact effectif, au travers du modèle developpé par Olgiati et Shapiro (2002).

Une étude de cas approfondie dans une grande entreprise de conseil, fondee sur des entretiens semi-directifs et de l’observation non participante, a permis d’analyser les mecanismes du plafond de verre, ainsi que les attitudes et attentes des collaborateurs hommes et femmes à l’égard des politiques d’égalité professionnelle adoptées par leur entreprise. Une premiere evaluation de ces politiques a éte realisee, au travers d’un bilan quantitatif et qualitatif. Par ailleurs, les cas de neuf entreprises implantées en France ont aussi été etudiés, par le biais de méthodes qualitatives, afin de mener une analyse comparee du cas principal.

 

MOTS-CLEFS : Plafond de verre, Gestion de carriere, Genre, Femmes cadres, Politiques d’egalité professionnelle, Discrimination.

 

TITLE : Glass ceiling and organizational career management of women managers : a case study of a leading consulting company.

 

ABSTRACT

Women in France represent a growing part of managers, and yet they remain under-represented at the upper hierarchical levels. This phenomenon is known as the glass ceiling effect. the “gender – organization –system” interactionnist approach, introduced by Fagenson (1990) has been adopted, in order to take into account the complex nature of the obstacles encountered by women managers during their career.

This research deals with the policies adopted by firms in France, in order to foster women managers’ advancement and enable them to break the glass ceiling. It measures their impacts, trough the model developped by Olgiati and Shapiro (2002).

A case study has been conducted in a leading consulting company, based on focused interviews and non-participative observation, so as to analyse the mechanisms of the glass ceiling and the attitudes and expectations of both men and women managers towards the implementation of women-friendly policies. It attempts to assess the policies that have been conducted by the company from a quantitative and qualitative point of view. Moreover, the cases of nine firms implanted in France have been studied, through qualitative methods, in order to establish comparisons with the main case study.